Jeux de données

 

Les données IPSL du pôle national atmosphère

Les données mises à disposition recouvrent essentiellement la thématique Chimie de l’Atmosphère, grandes campagnes de mesure, spectrométrie et réactions chimiques. Ces données intéressent l’observation satellitaire, sol, ballons mais aussi les données issues des modèles Chimie Transport.


  • Les données satellitaires
    • Les expériences IASI (Interféromètre Atmosphérique de Sondage Infrarouge) et GOSAT-FTS/CAI représentent actuellement les jeux de données phares récupérées en temps quasi-réel par l’IPSL. IASI comme GOSAT ont été conçus dans le but d’estimer et de suivre les gaz traces tels que l’ozone (uniquement pour IASI), le méthane ou le monoxyde de carbone à l’échelle mondiale. Un large éventail de jeux de données et de cartes allant des données de niveau 1 à 3 sont distribués. Pour toute information concernant la mise à disposition de ces données contacter : ethersvp@ipsl.jussieu.fr .

    • Parallèlement d’autres données de missions satellitaires sont mises à disposition telles : SMR, OSIRIS, GOMOS, ILAS, IMG, POAM3, POAM4, SAGEII, CLAES, HALOE, MLS, ISAMS, WINDII, voir le site http://www.pole-ether.fr


  •  Les données sols
    • Elles recouvrent les données acquises par les instruments du réseau NDACC (Network for the Detection of Atmospheric Composition Change) : données lidar ozone, lidar aérosols, lidar vapeur d’eau, lidar température, ozonosonde, données du Dobson et SAOZ. Seules les données de niveau 2 sont distribuées à la NOAA (http://www.ndsc.ncep.noaa.gov/


  •  Les données ballons
    • L’ensemble des données des campagnes de mesures sous ballon sont stockées et distribuées par l’IPSL. Ce peuvent être des campagnes d’intercomparaison, de validation ou expérimentales. Comme les données sols, ce sont des données précieuses pour la validation des données satellitaires, pour l’assimilation des données dans les modèles climatiques. Le niveau des données mises à disposition reste toujours de niveau 2 essentiellement des gazs traces, … (http://www.pole-ether.fr/etherTypo/index.php?id=1691&L=1)


  •  Les données de modèles
    • Un modèle 3D de Chimie Transport REPROBUS (Reactive Procecesses Ruling the Ozone Budget in the Stratosphere) calcule quotidiennement l’évolution temporelle de 55 espèces chimiques via 147 réactions chimiques. Il utilise comme forçage les champs de vent et de température ECMWF toutes les 6 heures. Les calculs chimiques sont produits toutes les 15 minutes et fournissent aux utilisateurs (http://www.pole-ether.fr/etherTypo/index.php?id=1664) des cartes, des profils et des colonnes d’espèces chimiques au dessus de stations de mesure. Chaque année à partir de ce modèle, est calculée l’évolution de la perte d’ozone dans l’hémisphère Nord, ces résultats sont présentés ensuite à diverses instances internationales.

    • Un second modèle MIMOSA (Modélisation Isentrope du transport Méso-échelle de l’Ozone Stratosphérique par Advection) développé par le LATMOS dans le cadre du projet Européen METRO (MEridional TRansport of Ozone in the lower stratosphere) produit quotidiennement des fichiers de Vorticité potentielle (PV) à différentes surfaces isentropiques et sur une couverture spatiale globale dont la discrétisation élémentaire est de 18,5km. Ces données sont essentielles à la prédiction des lâchers de Ballon mais aussi à la préparation des campagnes d’intercomparaison. Des cartes et des fichiers de données de PV et Température sont distribués à cette fin par l’IPSL (http://www.pole-ether.fr/etherTypo/index.php?id=1663)


  •  Les données de spectroscopie
    • La banque de données spectroscopiques Geisa (Gestion et Etude des Informations Spectroscopiques Atmosphériques) est désormais, avec la base de données américaine Hitran, la plus grande archive mondiale de ce domaine. Sont ainsi décrites les propriétés (position, intensité, largeur à mi-hauteur, coefficient d’élargissement en pression, nombres quantiques identifiant la transition, auteurs, etc..) de près de 3.807.997 raies spectrales, correspondant à 50 molécules et à 111 de leurs variétés isotopiques, dans la dernière version 2014 de Geisa, actuellement en cours d’achèvement.

    • La banque Geisa est couramment utilisée par de nombreux physiciens de l’atmosphère ou d’astrophysiciens (250 utilisateurs réguliers), les données et les services associés sont disponibles à cette adresse : http://www.pole-ether.fr/etherTypo/?id=950.


Les données de campagne

 

 

 

 

Les simulations climatiques

  • Prodiguer

Le système de distribution de données Prodiguer (http://forge.ipsl.jussieu.fr/prodiguer) a pour objectif de garantir la diffusion des résultats des projections climatiques réalisées par les équipes françaises au sein des projets internationaux et plus largement auprès des différents utilisateurs du domaine de la recherche sur le changement climatique. Cette activité comprend la mise à disposition des simulations de référence, et le traitement des données et méta-données en suivant les standards internationaux. Le service de distribution sert de support aux différents projets d’analyse des simulations par la communauté scientifique, à la réalisation des simulations régionales à partir des résultats des projections de grande échelle, et à la diffusion des résultats pour les nombreuses études d’impact. Prodiguer s’insère ainsi dans les réseaux de mise à disposition des données des simulations aux niveaux international et européen et prépare l’émergence de services de mise à disposition des données pour les futurs « services climatiques ». Les simulations concernées, les formats et protocoles utilisés suivent les recommandations mises en place pour la diffusion des simulations CMIP5 dont les résultats ont alimenté le 5ème rapport du GIEC et CMIP6 qui alimenteront le 6ème rapport.